Aller au contenu

Centre de Recherche iaelyon Magellan


Accueil > Publications > Autres travaux

Autres Travaux


  • [halshs-01764899] Los costes económicos de la obesidad y el sobrepeso
    18 avril 2018
    El análisis económico de los costes económicos de la obesidad y el sobrepeso diferencia entre los costes sanitarios directos y los costes indirectos. Los costes indirectos están relacionados con las pérdidas que las personas que padecen sobrepeso y obesidad tienen y que repercuten en la sociedad en su conjunto. Todos los autores son unánimes al expresar que estos superan ampliamente a los directos. Los costes directos son los relacionados con el gasto sanitario. Este trabajo presenta una revisión de la literatura sobre los costes económicos que ocasionan tanto la obesidad y el sobrepeso como las patologías asociadas.
  • [halshs-01757005] enseigner la recherche qualitative en sciences économiques et de gestion
    11 avril 2018
    Y.F. LIVIAN, docteur en sociologie, a enseigné la théorie des organisations et la gestion des ressources humaines et écrit une vingtaine d'ouvrages ou de chapitres d'ouvrages. Ses recherches portent actuellement sur le management international et interculturel. Il est conseiller scientifique d'une école doctorale de gestion d'une université africaine et enseigne l'épistémologie et les méthodes qualitatives dans plusieurs pays.
  • [halshs-01744058] OBESIDAD, UN PROBLEMA DE SALUD PÚBLICA. EL CASO ESPAÑOL
    31 mars 2018
    La obesidad es un problema de salud pública con proporciones epidémicas a nivel mundial que afecta tanto a los países de ingresos altos como de medios-bajos. España no es ajena al aumento de la prevalencia de la obesidad y el sobre peso. La causa de dicho problema está relacionada mayoritariamente con el estilo de vida (ingesta y actividad física). Obesidad y sobrepeso participan y agravan las enfermedades con mayor mortalidad.
  • [hal-01723858] Caractéristiques des entrepreneurs, finance entrepreneuriale et trajectoires de croissance
    7 mars 2018
    Cet article vise à mieux comprendre comment la finance entrepreneuriale interagit avec les processus complexes de croissance des jeunes entreprises technologiques. Plus spécialement, nous examinons comment les différentes trajectoires de croissance sont façonnées par les interactions des entrepreneurs avec les différentes catégories d'investisseurs : business angels (BAs) et capital-investisseurs (VCs). À travers une étude comparative de cas contrastant-une entreprise engagée dans une dynamique d'hypercroissance et une entreprise ayant connu une croissance modérée – nous montrons que les trajectoires de croissance dépendent fortement de la capacité de l'entrepreneur à obtenir simultanément auprès des BAs et CIs des ressources aussi bien financières que cognitives. Nous montrons que l'aptitude des entrepreneurs à agir ainsi, dépend de leurs caractéristiques psychologiques et cognitives spécifiques aussi bien que de leur processus de prise de décision.
  • [hal-01527999] Institutional Seed Financing, Angel Financing, and Crowdfunding of Entrepreneurial Ventures: A Literature Review
    2 juin 2017
    Institutional financing, angel financing, and crowdfunding have evolved and matured in the entrepreneurial finance market and their field of research has progressed with it. Congruent to this, however, comprehensive literature reviews on these topics remain scarce. Herein, we provide an overview of a vast body of literature, presenting the contemporary state of research and succinctly identifying its subcategories. Additionally, we provide insight into major research trends and research gaps using a theoretical framework. JEL Codes: G20 (General), G23 (Non-bank Financial Institutions, Institutional Investors), G24 (Venture Capital)
  • [hal-01520266] Distributed Deblurring of Large Images of Wide Field-of-View
    14 mars 2018
    Image deblurring is an economic way to reduce certain degradations (blur and noise) in acquired images. Thus, it has become essential tool in high resolution imaging in many applications, e.g., astronomy, microscopy or computational photography. In applications such as astronomy and satellite imaging, the size of acquired images can be extremely large (up to gigapixels) covering wide field-of-view suffering from shift-variant blur. Most of the existing image deblurring techniques are designed and implemented to work efficiently on centralized computing system having multiple processors and a shared memory. Thus, the largest image that can be handle is limited by the size of the physical memory available on the system. In this paper, we propose a distributed nonblind image deblurring algorithm inwhich several connected processing nodes (with reasonable computational resources) process simultaneously different portions of a large image while maintaining certain coherency among them to finally obtain a single crisp image. Unlike the existing centralized techniques, image deblurring in distributed fashion raises several issues. To tackle these issues, we consider certain approximations that trade-offs between the quality of deblurred image and the computational resources required to achieve it. The experimental results show that our algorithm produces the similar quality of images as the existing centralized techniques while allowing distribution, and thus being cost effective for extremely large images.
  • [hal-01646305] NOTES DE LECTURE SUR L'OUVRAGE : Questions de genre, questions de culture.
    29 novembre 2017
    L’écheveau subtil des incitations et des interdictions de l’entourage - de l’enfance à l’âge adulte - et des stéréotypes de genre, qui attribuent certaines qualités aux femmes et d’autres aux hommes, réduit la liberté de choix en dessinant des voies balisées et en suggérant des hiérarchies entre les itinéraires. Les quatre contributions réunies dans cet ouvrage détissent l’écheveau du genre et interrogent sa construction sociale.
  • [hal-01266608] Chronique d’une catastrophe imminente constamment annoncée: « La Chine va dans le mur »
    15 février 2017
    Le développement économique de la Chine a surpris tous les observateurs. Ce pays a passé la première moitié du vingtième siècle dans la guerre civile, voire dans la guerre tout cours. L’installation d’un régime communiste y a apporté un peu de stabilité politique mais a été lourd de désastres économiques suite à des utopies communistes ou à des plans qui ont désorganisé la production vivrière et industrielle. Ces mêmes utopies ont conduit à mettre à bas une grande partie de la culture millénaire de ce pays, entraînant des drames humains dans la plupart des familles et une perte des repères moraux. A partir de 1985, on voit apparaître une croissance du fait surtout d’une ouverture plus grande à l’économie privée. A partir du milieu des années quatre-vingt-dix, on assiste à une véritable émergence d’une puissance économique qui ne se démentira pas jusqu’à aujourd’hui. Cette croissance ininterrompue sur près de trente ans n’a cessé d’interroger les analystes car elle reposait sur des principes contraires à ceux d’un libéralisme politique et économique triomphant dans le reste de la planète. Le dirigisme et la dictature qui avait semblé expliquer pour l’essentiel la chute du monde soviétique et son incapacité à obtenir des résultats économiques probants se maintenait et se renforçait au fur et à mesure des défis que rencontrait cette croissance. Alors, les analyses n’ont pas manqué qui prévoyait la fin de la croissance chinoise, voire l’effondrement politique et économique de ce pays. Pratiquement entre 1990 et 2005, chaque année voyait la sortie d’ouvrages prédisant la fin de la Chine pour des raisons évidentes. Une crise imminente annoncée mais qui n’arrivait pas. Le but de cet article est de faire le point sur ces discours sur une crise qui ne vient pas et de montrer que ces discours peuvent bien nous empêcher de voir le surgissement d’une crise massive dont les effets seront sensibles non seulement en Chine mais sur le reste de l’économie mondiale.
  • [halshs-01425766] Nouvelles pratiques de travail : La fin du clivage salariat-entrepreneuriat ?
    6 février 2018
    Ce rapport propose une synthèse des recherches empiriques menées pendant deux ans par le réseau RGCS (Research Group Collaborative Spaces). RGCS est à la fois un réseau indépendant de chercheurs et un think tank international qui s’intéresse aux nouvelles pratiques de travail dans le contexte de l’économie collaborative. Il explore en particulier les enjeux liés à l’essor des espaces collaboratifs et des communautés collaboratives. La synthèse présentée ici s’appuie sur l’analyse d’un peu plus de 900 pages de mémos des discussions et d’idées-clés issues des séminaires, ateliers et autres évènements conduits par le réseau RGCS entre fin 2014 et novembre 2016; sur les résultats de l’enquête en ligne menée en 2016 sur les transformations du travail et de ses espaces ; et sur les données récoltées à l’occasion des 82 visites de tiers-lieux (espaces de coworking, maker spaces, fab labs, hacker spaces, incubateurs, accélérateurs, digital labs...) réalisées dans une dizaine de pays. Cette synthèse des recherches est structurée autour de trois niveaux d’analyse du lien entre phénomènes collaboratifs et nouvelles pratiques de travail : un niveau individuel, un niveau communautaire et un niveau plus sociétal (mouvement social). Nous nous efforçons à chaque fois d’étudier les dimensions spatiales et temporelles de la relation. Parmi les points évoqués, le rapport souligne que les frontières entre salariat et entrepreneuriat sont loin d’être aussi rigides que ce que les média, les managers ou les politiques supposent souvent ; au contraire, les nouvelles pratiques de travail les rendent de plus en plus poreuses, comme en atteste l’émergence de trajectoires professionnelles reposant sur l’« entrepreneuriat-alterné ». Cette synthèse fait également état d’individus qui, au-delà du stress au travail, souffrent avant tout d’ennui. On s’amuse peu dans le monde des organisations avec leur découpage vertical et horizontal. Depuis une quinzaine d’années, les pratiques de travail se transforment en profondeur autour de l’économie collaborative et des nouvelles formes de collaboration. Nous en explorons ici les implications, tant pour les individus-travailleurs, les collectifs de travail que pour les dynamiques de la société dans son ensemble (nouveaux types de mouvements sociaux). Pour les individus, le collaboratif correspond à la fois à de nouveaux espaces de compétences, des débouchés, un projet de vie et parfois, un sens plus fort donné à leur vie. Sur le plan des communautés, les résultats empiriques montrent l’importance des collectifs communautaires dans les transformations du travail. Dans des économies qui se liquéfient autour de l’entrepreneuriat, du travail indépendant, de la mobilité qui fragmente et enchaîne les contextes de travail, la communauté devient essentielle. Elle est « pratique », « professionnelle », « identitaire », mais plus que tout, « émotionnelle ». Elle permet de gérer les crises de sens, la lutte contre l’ennui, la solitude du porteur de projet et/ou de l’entrepreneur... Enfin, les mouvements sociaux font l’objet d’un troisième volet d’analyse. Les travaux empiriques du réseau montrent l’importance du hacking en matière de management et de politiques publiques. Mais de ce point de vue, les acteurs de mouvement sociaux que nous avons eu l’occasion de rencontrer invitent à dépasser le concept de hack et celui de hackathon (très repris par les entreprises comme par les pouvoirs publics). Les hackers sont aussi un mode de gouvernance et de régulation (loin du chaos) qui peut être intéressant pour les managers comme pour les politiques publiques. Nous évoquons plus généralement les discussions (et entretiens liés aux visites) qui ont porté sur la thématique hackers/makers : « muses ou contre-culture pour le management et les politiques publiques ? »
  • [hal-01525217] The Human Sea: Whole-of-Government Responses to Illicit Activities
    23 mai 2017
    Nations across the globe have focused on formalizing coordination, particularly in the context of security. The head of Singapore’s civil service, Peter Ong, remarked, «as the challenges we face become more complex, single agency solutions will become less adequate…[and to] function as one, we need to truly collaborate.» Former U.S. Chairman of the Joint Chiefs of Staff, General DEMPSEY, remarked, «The phrase whole-of-government is not just desirable—it’s actually imperative.» Maritime challenges include interdicting drug traffickers and human smugglers, responding to piracy and armed robbery at sea, preventing oil poaching and fishing incursions, ensuring port security, conducting search and rescue missions, and safeguarding the environment. These events unfold in complex, operational, and time-sensitive environments, where their scope and gravity is not always apparent. A collaborative, inclusive, and transparent process best positions a government to expeditiously share information, detect anomalies, and align responses. Enablers of effective whole-government processes include: Head of State direction; flexibility; timely, accurate, and useful information dissemination; documented and distributed decisions; departments support and trust the process; frequent use and frequent training; and the promulgation of standard operating procedures. Institutionalizing collaboration is more than just a maritime challenge: It is a governance challenge. An enduring lesson is that trust, leadership, and the existence of documented processes are critical enablers to effective national-level, bi-national, and multi-national cooperation.

Nous écrire


Université de Lyon